Photofestival 2021 – Françoise Huguier

Françoise Huguier – « CORÉE DU SUD – VIRTUAL SEOUL »

 

« Virtual Seoul » illustre la Corée d’aujourd’hui dans toute sa singularité et sa diversité. Construite comme une balade ultra colorée dans une capitale virtuelle postmoderne où se rencontrent toutes les générations, l’exposition explore les multiples facettes d’une ville nouvelle aux influences avant-gardistes.

Lorsque Françoise Huguier découvre la Corée en 1982, le pays se relève de la guerre et démarre discrètement sa grande mutation.

En 2014, la photographe française revient sur ces terres. Fascinée par la mondialisation et l’omniprésence de la technologie, elle choisit de rester sur place plusieurs mois et de se concentrer sur cette nouvelle ville ultramoderne. Elle livre le portrait intergénérationnel d’une société tiraillée entre traditions et course au développement. La photographe fait rapidement connaissance avec le mouvement populaire K-POP qui s’immisce dans tous les écouteurs du pays et influence les nouveaux codes vestimentaires.

Elle rencontre un de ces girls bands « Laboum », symbole ultime de la réussite, sponsorisé par une clinique de chirurgie esthétique. Les membres du groupe, âgées de 14 à 18 ans, ont toutes le même visage. L’artificiel « V face », fruit de nombreuses opérations, considéré comme le visage idéal dépourvu des rondeurs originelles, très en vogue chez les adolescents coréens.

« Dans certaines rues fréquentées par la jeunesse, j’avais le sentiment de croiser toujours la même personne. L’étrange impression de marcher au milieu de mutants », observe la photographe.

Tout en capturant les modes de vies des jeunes Coréens, Françoise Huguier retrouve les pionniers de la reconstruction du pays,« cette génération sacrifiée au nom du miracle économique ». S’ils ne sont pas pris en charge par leurs enfants, ils échouent dans les bidonvilles. La photographe pousse la porte des habitations, s’intéresse aux retraités aux costumes pailletés et bien taillés qui passent leurs journées à danser avec leur « lover » dans les colathèques.

Le travail photographique de Françoise Huguier met en exergue les différents maux de la société coréenne moderne. La peur constante du déclassement face à une industrialisation florissante qui lui vaut d’être, aujourd’hui, la 13e puissance économique mondiale, l’angoisse et le mal-être profond des plus jeunes.
En fouillant les tréfonds de l’âme coréenne, la photographe française documente les évolutions de ce peuple encore imprégné des valeurs du confucianisme.

 

© Françoise Huguier
Mirza en tutu, Séoul, Corée du Sud

 

© Françoise Huguier
La nuit, Séoul, Corée du Sud

 

© Françoise Huguier
Portrait de rue, Séoul, Corée du Sud

 

© Françoise Huguier
Séoul station, Corée du Sud

 

© Françoise Huguier
Séoul, bidonville de Guyon, Corée du Sud

 

Biographie

Photographe française, née le 15 juin 1942 à Thorigny-sur-Marne est membre de l’Agence VU’, elle vit et travaille à Paris.
En parallèle des mondes de la politique, de la culture, et surtout de la mode qu’elle documente à partir de 1976, c’est le monde comme territoire de rencontres que Françoise Huguier commence à sillonner à la fin des années 1980. Que ce soit en Europe, en Afrique ou en Asie, elle y porte le même œil singulier et graphique qui ne manque jamais d’humour.
De la photographie de mode au reportage, de l’instantané aux mises en scène, la photographie de Françoise Huguier documente et révèle la diversité du monde, de ses territoires et sociétés.

Avec « Virtual Seoul », la photographe Françoise Huguier tente de résoudre une énigme qui la hante depuis qu’elle sillonne le monde et particulièrement l’Asie : Comment une ville a-t-elle pu devenir en trente ans le fer de lance de la culture populaire de toute l’Asie ? Comment la Corée du Sud est-elle parvenue à accroître son influence au point de faire pâlir la modernité japonaise ?
Ce sont les traces et les signes de cette spectaculaire mutation que l’artiste nous donne à découvrir et à comprendre en parcourant un univers urbain où les frontières virtuel/réel semblent s’abolir ou se dissoudre. Mais cette modernisation trop rapide a un revers…
Françoise Huguier explore, en profondeur, le mal de vivre engendré par des bouleversements dont une société restée très confucéenne pâtit pour une grande part. “Virtual Seoul” a fait l’objet d’un livre paru en 2016 aux éditions Actes sud et a été exposé à la Galerie Polka et au Pavillon Carré de Baudoin à Paris.