Sabine Weiss

Portrait de Sabine Weiss par Patrice Delatouche

Sabine Weiss s’est rendue en Bretagne à plusieurs reprises dans les années 50. Pour son plaisir, mais aussi pour le magazine Vogue qui l’avait envoyée en reportage photographie le mariage breton traditionnel. Aujourd’hui, le Festival a décidé de rendre hommage à cette grande photographe qui, à travers son objectif, nous entraîne dans cette magnifique découverte de notre Bretagne des années 50.

Cette année le Photo Festival Baie de Saint-Brieuc présentera simultanément une série de photographies sur les amoureux, photos émouvantes et intemporelles, sujet favori des photographes humanistes dont elle est aujourd’hui la dernière représentante. Elle a là aussi su capter l’émotion de ces baisers, de ces regards grâce à sa tendre et inlassable curiosité.

 

 

 

 

Bretagne 1950 – Les amoureux

Maison de l’agglomération

Photographe d’origine suisse, née Weber le 23 juillet 1924 à Saint-Gingolph, Sabine Weiss obtient son diplôme de photographie en 1945 et ouvre son propre atelier à Genève. En 1946, elle s’installe définitivement à Paris où elle devient l’assistante du photographe de mode Willy Maywald. En 1950, elle épouse l’artiste américain Hugh Weiss. Ensemble, ils fréquentent le milieu de l’art, rencontrent Cocteau,
Utrillo, Rouault. Ils se lient d’amitié avec Jacques-Henri Lartigue. Chez Vogue, Robert Doisneau découvre ses photographies et lui propose d’entrer à l’Agence Rapho dont il fait partie en 1952. Elle travaille pour de nombreuses agences de publicité et pour des revues importantes comme Match, Life, Time, Newsweek… On l’associe à cette lignée de photographes dits « humanistes » qui font l’histoire des
années 50-60.

En marge de ses travaux commandés, elle a toujours fait des photos pour « elle-même ». Avec le temps, elle se consacre presque exclusivement au reportage noir et blanc qui lui permet d’exprimer à travers ses voyages avec « plus de calme et de simplicité » cette rencontre de l’homme et de son univers.