Vianney Le Caer

Vianney Le Caer, photographe indépendant, est un enfant de Saint-Brieuc. Il est né en 1987 à Rennes mais il a vécu jusqu’à 2007 à Saint-Brieuc où sa famille continue à vivre. Depuis il est basé à Londres, au Royaume-Uni. Ses travaux s’étendent du reportage au Moyen-Orient à la photographie documentaire aux quatre coins du monde, en passant par la photographie commerciale et de célébrités à Londres.

Après un parcours en droit et sciences politiques, Vianney obtient un Master en photojournalisme au London College of Communication puis travaille dans des situations de conflit. Son portfolio comprend des récits de la révolution ukrainienne ou encore des retombées des conflits irakien et syrien. Il est également l’auteur de la série « Les Bronzeurs de Beyrouth » primé en catégorie reportage au Pride Photo Award en 2016 exposée à Amsterdam, Paris et Split.

Vianney collabore avec les agences Associated Press et Shutterstock au Royaume-Uni ainsi que Sipa Press en France. Il coopére également avec diverses ONG telles Peace One Day ou Artists for Peace and Justice et réalise une campagne en ligne pour le créateur de mode Roland Mouret.

Ses travaux ont été publiés dans diverses publications telles que The Guardian, Paris-Match, Vice, The Sunday Times, National Geographic ou encore Le Monde.

Consultez le site internet de Vianney Le Caer.

 

« LES BAIGNEURS – PLAGES DE SAINT-BRIEUC ARMOR AGGLOMERATION » Projet de résidence

Le Carré Rosengart

Habitant de Saint-Brieuc jusqu’en 2007, aujourd’hui basé à Londres, le photographe Vianney Le Caer va arpenter la baie, durant le mois de juillet. Il est l’un des deux photographes en résidence dans l’agglomération et présenté à l’occasion du Photo Festival 2019.

« La Californie à Saint-Brieuc ? »
Durant plusieurs jours, Vianney Le Caer va poser son regard singulier sur la plage des Rosaires qu’il a fréquenté enfant. Le photographe y présentera des instants de vie qui invitent le spectateur à élargir sa perception. Par ses photographies, ils donnent la parole à des silhouettes anonymes.

Ce travail sur les vacanciers et les habitants de l’agglomération sur nos plages nous invitent à nous questionner sur le rapport qu’entretiennent les femmes et les hommes à leur territoire et à leur corps. Travail qu’il a déjà eu l’occasion de réaliser dans ce style avec sa série sur « Les Bronzeurs de Beyrouth ». Sujet qui a rencontré un beau succès auprès du public et de la presse dans les villes européennes.